Finger Cube

Quel est cet engouement pour le finger cube ? À l'instar du spinner, le finger cube se veut un gadget antistress, permettant, à qui a de petites manies, de gérer sa nervosité sur le petit cube qui présente, sur chaque face quelque chose à tripoter. J'avoue avoir été sceptique, à la base, pour ce genre de bidules, mais mon homme en ayant reçu un gratuitement par la poste, suite à une commande de... Je sais plus quoi, café peut-être, j'avoue avoir été plutôt séduite par ce petit cube qui n'a l'air de rien comme ça mais qui, je pense, peut rapidement devenir addictif.

Pour la petite histoire, le finger cube était, à la base, le projet Kickstarter de Matthew et Mark McLachlan. Ils attendaient 15'000$ et se sont retrouvés avec 450'000$ en à peine sept jours pour financer leur idée.

L'idée, c'est un cube sur lequel on retrouve boutons, interrupteurs, joystick etc. qu'on aime tripoter ou manipuler lorsqu'on devient nerveux ou qu'on est sous stresse permanent.
Comme tout cube, il a six faces, sur lesquelles on trouve :
un petit disque qui tourne sur lui-même, un interrupteur, un joystick qui tourne, se penche et se presse, cinq petits boutons à presser, un creux à caresser, et sur la dernière face il y a une bille à faire rouler ainsi que trois petites roulettes.
En fonction des versions et de la qualité du finger cube, le joystick ne peut pas toujours bien se pencher ou il est impossible d'appuyer dessus, sur les cinq petits boutons, parfois certains sont silencieux, sur la face avec les roulettes, parfois il y a de la retenue sur les roues crantées, parfois elles tournent dans le vide, l'interrupteur ne fait pas toujours de bruit, etc. Bref, en fonction de ce que vous aimez, vous pouvez rapidement être déçu.
Personnellement, j'ai la version que je préfère, avec les roulettes crantées qui crochent, le joystick qui se presse, l'interrupteur qui se bloque et les cinq boutons qui cliquent sous la pression. C'est justement ce que j'aime, ces cliquetis (ici affiché les faces que j'aime le plus !).
On en trouve de toutes les couleurs, des plus gros que d'autres, des plus ronds que d'autres, il existe également de nombreuses variantes de boutons à presser, pousser, rouler, etc.

Comme je disais plus haut, j'étais sceptique au début car quand il y a effet de mode, il y a suspicion de ma part. Je me dis que c'est probablement un objet inutile, et d'ailleurs, je ne comprenais pas vraiment l'utilité de ce machin. Je ne comprenais même pas vraiment à quoi ça servait. Mais quand on a reçu le notre, j'ai commencé à bien aimer le tripoter, juste comme ça, alors que je ne suis pas du genre nerveuse, et j'ai pu me rendre compte qu'il pouvait effectivement être une bonne aide aux personnes qui doivent faire face au stresse. Tout comme ça peut devenir une télécommande pour manipuler les gens si on fait preuve d'un peu d'imagination, ce dont les enfants ne manquent pas. Et c'est là que je me suis dit que ce n'était pas si inutile que ça pour les enfants car ça les occupe, ça les occupe dans des moments où il est impossible de vraiment jouer avec eux, comme dans une file d'attente par exemple, aux courses, etc. Et je trouve ça nettement plus sympa que de leur planter un smartphone entre les mains avec youtube activé. Mais c'est personnel.

Le notre, gris aux touches noires, cliquette vraiment fort. Personnellement, j'adore, mais c'est vrai que ce n'est pas à utiliser à côté de quelqu'un qui se repose car, pour les personnes extérieurs, qui ne l'ont pas en main, ça peut vite devenir la source du stresse.
Par contre, j'avoue - presque - sans honte que j'ai bien envie de m'en acheter un ou deux autres, histoire de voir les différentes sensations de cliquetis, et puis pourquoi pas tester un modèle qui a d'autres sortes d'interrupteurs ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre gribouille !